Owlient a lancé la tourmente (j’avais rencontré Olivier lors d’une “Radio Prélude” où il avait parlé de la conférence qu’il comptait organiser). Et elle continue puisque les 8 et 9 juin 2010, se dérouleront les conférences des jeux en ligne, à La Cantine, sur Paris (j’avais fait un petit tour à une soirée entre Amis du Jeu Vidéo en 2008).

Co-organisé par l’AFJV et VPCOM, ça risque d’être pertinent. Mais ce que j’y vois dans tout ça, c’est que le marché du jeu en ligne prend réellement de l’ampleur et qu’il est bien trop tard pour espérer perdurer dans ce domaine. D’autant que le modèle économique se veux être le gratuit (enfin, avec payement de bonus, mais gratuit à la base) et que nos petits jeux ne font vraiment pas le poids.

Mais alors ? C’est fini ?!

Quoi donc ? Qu’est-ce qui est fini ?! Rien n’est fini ! Tout ne fait que commencer. Évidement, une soit disante fédération menée par des amateurs pour espérer représenter des amateurs avant tout, oui, ça, ça tient plus du délire de développeur boutonneux espérant voir son égo en 4×3 dans tout Paris que de la réalité. Mais vos jeux continuent de fonctionner, non ?! Si ce n’est pas le cas, c’est peut-être qu’il faut évoluer ou laisser la place. Donc rien est fini.

Non, bien au contraire, toute cette activité autour des jeux en ligne montre finalement qu’il y avait des précurseurs : vous. Et ça, vous devriez apprécier. Maintenant, libre à vous de continuer dans ce domaine tranquillement dans votre coin (coin) ou de vous rencarder pour faire des partenariats avec d’autres amateurs histoire de partager les frais qui vont commencer à devenir important si vous voulez sortir du lot.

Soyons réaliste quand même, la plupart des jeux en ligne amateurs ne souhaitent pas vraiment devenir pros. Pour plusieurs raisons :
d’une part, beaucoup de jeux utilisent des graphismes non libre de droit. D’autres n’ont tout simplement pas la capacité serveur de tenir plus de 100 joueurs (voir beaucoup moins), ou encore, certains jeux ne sont tout simplement pas accessibles à tous : règles trop compliquées, gameplay avant gardiste, …

Quoiqu’il en soit, si vous n’étiez pas présent à la “première” conférence sur les jeux en ligne, il faudrait peut-être songé à être de celle-ci, d’autant que le tarif d’entrée est vraiment attrayant : seulement 200€ HT pour les 2 jours (HT car bon, cela ne s’adresse finalement pas à vous, simple amateurs…).

Non, soyons sérieux un instant. On voulait organiser des conférences sur nos jeux en ligne et l’on se posait bêtement des questions du genre “bon si on fait payer 1€ symbolique, ça va gueuler ?!”. Et maintenant que l’on y ait, personne ne gueule. Il y aura du monde et c’est finalement très amusant. Je dis “chapeau” aux organisateurs qui savent où ils vont. Pas simple le marketing : plus vous serez cher et plus le contenu sera, à priori, de qualité.

Bon, ça se passe ici et il faut y aller (pouf pouf…)