Je réagis ici à quelques commentaires pernicieux car ça commence, finalement, à m’amuser.

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai traîner ma bosse un peu partout et que plus rien ne m’étonne. Non, loin de là. Et même bien au contraire. Je reste comme un gosse étonné à chaque fois par le manque de volonté, de créativité ou d’intelligence dont certains font preuve.

La “polémique” vient maintenant de ce classement nommé PBeM Rank. C’est un classement des jeux en ligne alternatifs basé sur un algorithme “secret” et dont le secret dérange manifestement. Bon, il faut dire ce qui est, il ne dérange pas ceux qui sont dans le top. Etonnant ?! bah… En même temps, c’est humain.

Mais pourquoi diable cet algorithme reste t-il secret ? C’est pourtant simple à comprendre et je ne crois pas qu’il faille sortir de Centrale ou d’HEC. Si tout le monde avait accès à la formule, il suffirait de régler son site pour correspondre à cette formule. Il n’y aurait plus de jeu. C’est d’ailleurs un bon raccourci pour parler de nos jeux et des formules de calculs. Si ces formules sont connues, il est plus ou moins facile de trouver des logiciels pour optimiser les parties. Vous n’avez jamais eu ce cas ? Non ?! Même une simple feuille Excel ?

Ce classement devrait servir à rendre nos jeux meilleurs ? Pourquoi donc ?! Non, un classement est un classement, c’est tout. Je ne crois pas que le concours des chiens les plus moches permet à ces derniers d’être plus jolis. Il est possible de faire pleins de classements. Ce n’est pas forcément les meilleurs de quelque chose. D’ailleurs, il n’est dit nul part que le classement PBeM Rank est le classement des meilleurs jeux en ligne alternatifs. C’est le classement PBeM Rank, c’est tout. Et comme tout classement, il y a ceux qui sont devant et ceux qui sont derrière. Ceux qui sont devant sont sous les projecteurs tandis que les retardataires font vivre le site avec leurs commentaires déplacés.
Au passage, je tiens à signaler qu’il existe une page pour chaque jeu inscrit au PBeM Rank, indiquant les choses à faire pour éventuellement augmenter son PR. Elle indique peu, j’en convient. Mais c’est toujours ça.

La roue tourne… Elle tourne. Je me souviens du lancement de Synapse (allez, je reviens un instant sur cette aventure). Que de critiques! Pas toujours fondées, souvent destructives et à chaque fois jalousées. Est-ce que ces critiques ont permis de faire avancer le débat ? Non. Pas vraiment. La locomotive était mise en place. Personne n’a voulu monter. Tant pis.
Je me souviens aussi de l’AJVA. Même cause. Mais pas même effets. Les “p’tits gars” de l’AJVA ont su se montrer plus mûrs que ceux de Synapse. Ils ont bien réagis aux critiques. Pourvu que ça dur (l’association, pas les critiques !).
Idem pour le forum Jeuweb lorsque le tortionnaire d’administrateur a revendu son jouet.

Et puis, à chaque lancement de quelque chose de nouveau. Ceux qui font quelque chose ont droit à des critiques. C’est normal. S’ils ne faisaient rien, ils n’auraient pas de critique et ils pourraient, à leur tour, critiquer. Facile, facile.

Mais est-ce que la facilité est une voie à suivre ? Est-ce bien de vivre caché ? Est-ce intéressant de continuer son petit bout de chemin dans son coin, à ne rien faire pour ne rien risquer ? Et au final ne rien avoir. Ne rien laisser derrière soit ?
Je continuerais à faire plein de choses tant que je le pourrais. Que ça plaise ou non. Je sais qu’il y a une minorité qui sera toujours là pour casser, détruire et cracher sur ce qui émergera. Mais je sais aussi qu’il y a une majorité qui sera heureuse d’avoir de nouveaux outils à sa disposition. Et ça tombe bien, c’est pour cette majorité que je bosse.

En attendant, je remercie quand même ceux et celles qui se donne tant de mal à détruire, car sans eux, je n’aurais pas autant de visite. Ils font le buz et le font mieux que je ne pourrais le faire. Ce n’est pas mon métier que de faire le buz.