Cette année, ce n’est plus le Festival du jeu vidéo, ni le Monde du jeu, mais Paris Game Week.

Évènement organisé par le SELL, le Syndicat Des Éditeurs de Logiciels de Loisirs.

Ce n’est pas la même chose. Ça a un petit goût de “C’est bientôt Noël et on veux vous vendre nos jeux”.

La cible est clairement identifiée : le jeune boutonneux masculin qui découvre les jeux vidéo, les femmes, la gueguerre en jeu vidéo, les voitures gonflées à bloc, les arts martiaux, … La vie quoi.

Les passionnés qui venaient au Monde du Jeu ne s’y retrouveront pas, c’est certain. Et puis sinon, bin… Vous aurez les dernières nouveautés à grand coup de filles que se déhanchent en petite tenu, des écrans à regarder avec des lunettes 3D (serait-ce pour faire passer la médiocrité des jeux ?!), et puis voilà. Ça fleure bon le business et c’est bien normal en ce temps de crise.

Bon, je ne vais pas m’étendre d’avantage, vous aurez compris que je n’aime pas forcément ce genre de salon. Je vous laisse donc quelques photos. J’ai été sympa et je ne me suis pas trop approché des midinette en minijupe qui remontent au dessus de la ceinture.

Ah, un point important quand même : j’ai remarqué une personne mal voyante (enfin, avec une canne et une personne pour l’aider à se déplacer dans ce brouhaha) ainsi que plusieurs personnes en fauteuil roulant. Donc, messieurs les concepteurs de jeux vidéo, n’oubliez pas que vous concevez des jeux pour tout le monde. Voilà voilà…