Voilà une question qui mérite désormais d’être posée au vu des dernières propositions d’hébergement. Les prix baisses, les fonctionnalités augmentent, l’utilisateur final se retrouve devant un choix qui n’est pas forcément évident.

Hébergement dédié ou mutualisé ?

Hébergement dédié ou mutualisé ?

Un serveur dédié

Cela fait un peu rêver lorsque l’on démarre. Avoir son propre serveur dédié, c’est un peu la liberté de faire ce que l’on veut quand on veut sans contrainte. Mais les coûts ont, jusqu’à présent, freiné par mal les ardeurs.

La bonne question à se poser est : pourquoi avoir besoin d’un serveur dédié ?

Si vous utilisez un logiciel ou un langage spécifique, ou même des extensions spécifiques que aucun hébergeur propose en mutualisé, il faudra vous tourner vers un serveur dédié. Vous n’aurez pas le choix.

Mais si vous regardez bien, peut-être que l’extension que vous souhaitez utiliser est remplaçable par une autre qui, elle, sera installée sur un hébergement mutualisé. Ou que vous pouvez vous en passer…

Même les tâches cron sont désormais disponibles sur la plupart des offres d’hébergement mutualisées.

L’inconvénient d’un hébergement dédié reste quand même sa maintenance. Car oui, même si vous êtes un pro du système d’exploitation installé sur le serveur, il reste quand même à s’occuper des mises à jour. Que ce soit OS, drivers ou logiciels. Vous oubliez de faire une mise à jour critique et le lendemain (j’exagère un peu…) votre serveur est piraté.

Lorsque vous avez du matériel défectueux, cela peut très vite tourner au cauchemar lorsqu’il s’agit du disque dur (et ne venez pas me parler de RAID, lorsque vous êtes dans la panade, RAID ou pas, vous êtes dans la panade !).

Bon, évidement, il y a le prix qui en fera réfléchir plus d’un. Les offres les moins chères sont à un peu moins de 20 euros par mois. Ça reste plus cher qu’un mutualisé, mais ça devient abordable.

Un hébergement mutualisé

Et là, les tarifs chutent franchement : moins de 2 euros par mois.
Mais est-ce qu’à ce prix, on a tout ?! Non, évidement. Vous ne pourrez pas installer d’extensions propres à vos besoins. N’espérez pas avoir une base de données extensible à volonté. Quant à l’espace disque, il ne sera pas infini lui non plus.

Mais quand même. Si l’on regarde les offres proposées par OVH, même l’offre de base permet déjà de faire pas mal de choses : 25 Go de trafic mensuel, 25 Go de base MySQL, …

Si votre site est bien optimisé, 25Go de trafic mensuel est très largement suffisant. Évitez simplement les vidéos et les fichiers MP3.

Vous avez 10 connexions simultanées pour la base de données. Si vous prenez soin de bien fermer vos requêtes tout le temps, vous ne devriez pas avoir de problème avec cette limite, même avec plus de 1000 visiteurs par jour. Alors, évidement, si votre site est un jeu avec une carte en temps réel et que vous avez beaucoup de joueurs en simultané, ça ne tiendra pas longtemps. Mais peut-être qu’il faudra vous tourner alors vers une solution utilisant des fichiers plutôt qu’une base, par exemple ?!

Quant aux langages supportés, OVH va même jusqu’à proposer, en plus du PHP 3, 4, 5, Pyth, Pearl et C, PHP 6 qui n’est pas encore sorti !

Et lorsqu’un disque dur tombe, il est remplacé sans même que vous vous en rendiez compte.

Du coup, on fait quoi ?

Du coup, difficile de savoir si l’on pars sur du dédié ou du mutualisé…
En fait, le dédié ne devrait se prendre que lorsque vous avez plusieurs sites (il en faut quand même une dizaine avant de le rentabiliser) et un nombre de visiteurs conséquent avec un site très dynamique (et pas de gestion de cache…).

Ou si vous avez des besoins spécifiques comme l’utilisation de Windows et de l’ASP.

Mais il est vrai qu’aujourd’hui, les offres proposées en mutualisées rivalisent sans problème avec les serveurs dédiés du point de vue technique.

Autre solution : le serveur dédié chez soi. Avec l’ADSL et, mieux, la fibre, il est tout à fait possible d’héberger chez soit un petit site. Et si vous avez la possibilité de prendre un hébergement mutualisé, vous pourrez alors mettre les gros fichiers sur le mutualisé (par exemple les images) et toutes les pages dynamiques sur votre serveur chez vous. Pensez tout de même à installer une alarme anti-incendie (qui va devenir obligatoire de toute façon) et de ne pas couper le courant lorsque vous partez en vacances. Pensez aussi à rajouter le prix de la machine dans vos comptes et de l’électricité… J’avais d’ailleurs écris un article à ce sujet en 2005 : héberger un serveur chez soi.

Et vous, comment choisissez-vous ?!

Share This